Mot-à-mots

J'ai commencé ma vie comme je la finirai... Au milieu des livres (Jean-Paul SARTRE)

Trente-six chandelles - Marie-Sabine ROGER

41pDAuq12qL

Editions du Rouergue, 20 août 2014, 277 pages

Résumé de l'éditeur :

Allongé dans son lit en costume de deuil, ce 15 février, à l'heure de son anniversaire, Mortimer Décime attend sagement la mort car, depuis son arrière-grand-père, tous les hommes de sa famille sont décédés à onze heures du matin, le jour de leurs 36 ans. 

La poisse serait-elle héréditaire, comme les oreilles décollées ? Y a-t-il un gène de la scoumoune ? Un chromosome du manque de pot ? Que faire de sa vie, quand le chemin semble tout tracé à cause d'une malédiction familiale ?

Entre la saga tragique et hilarante des Décime, quelques personnages singuliers et attendrissants, une crêperie ambulante et une fille qui pleure sur un banc, on suit un Mortimer finalement résigné au pire.

Mais qui sait si le Destin et l'Amour, qui n'en sont pas à une blague près, en ont réellement terminé avec lui ?

Mon avis :

Voilà un roman pas prise de tête et plutôt drôle sur le sujet de la mort et que faire de sa vie.

Si je me suis parfois demandée où voulait en venir l'auteure, je me suis également laissée porter par le style fluide et la narration légère.

Au fnal, un bon moment de lecture détente, même si je sais dors et déjà qu'il ne m'en restera rien dan quelques semaines.

L'image que je retiendrai :

Celle des chapeaux improbables de Jasmine.

 

Je remercie Price Minister et son opération Matchs de la Rentrée Littéraire.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 12:18 - Auteurs en R - Vos impressions [0] - Permalien [#]
Tags : ,



Blanche-Neige doit mourir - Nele NEUHAUS

41LeUpyJbFL

Actes Sud, 13 novembre 2013, 516 pages

Résumé de l'éditeur :

Un soir pluvieux de novembre, une femme est poussée du haut d'un pont. Très vite, l'enquête ramène Pia Kirchhoff et Oliver von Bodenstein vers le passé : des années auparavant, deux jeunes filles avaient disparu dans ce même petit village allemand. Sur la foi de maigres indices, un garçon de vingt ans, Tobias Sartorius, avait été condamné à dix ans de réclusion, mais il vient de sortir de prison.

Alors que les enquêteurs se heurtent à un mur de silence, une autre jeune fille disparaît et on accuse à nouveau Tobias. Les preuves manquent, la police piétine et certains habitants semblent bien décidés à prendre les choses en main.

Mon avis :

Malgré quelques avis mitigés sur ce roman à sa sortie, et parce qu'on me l'a prêté, je me lance dans sa lecture. Et je dois avouer que je n'ai pas été déçue.

Il est vrai que je me suis accroché dès le début avec les noms des différents personnages pour être sûr de bien suivre.

Bien plus qu'une enquête policière, ce roman nous raconte comment une condamnation ne châtie pas seulement le coupable mais sa famille toute entière sur plusieurs années.

L'atmosphère du village est également intéressante, car tout le monde se connait , mais personne ne dit rien.

Enfin, le prétendu coupable n'en est pas un et les véritables fautifs (car ils sont plusieurs) difficiles à cerner.

J'ai aimé cette intrigue intelligente et bien menée.

L'image que je retiendrai :

Celle du personnage de Natacha, adolescente, devenue star de la télévision sous le nom de Nadja.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 12:31 - Auteurs en N - Vos impressions [34] - Permalien [#]
Tags : ,


Le dernier gardien d'Ellis Island - Gaëlle JOSSE

41WM9VdHGgL

Noir sur Blanc, 4 septembre 2014, 176 pages

Résumé de l'éditeur :

New York, 3 novembre 1954. Dans cinq jours, le centre d'Ellis Island, passage obligé depuis 1892 pour les immigrants venus d'Europe, va fermer. John Mitchell, son directeur, officier du Bureau fédéral de l'immigration, resté seul dans ce lieu déserté, remonte le cours de sa vie en écrivant dans un journal les souvenirs qui le hantent : Liz, l'épouse aimée, et Nella, l'immigrante sarde porteuse d'un étrange passé.
U
n moment de vérité où il fait l'expérience de ses défaillances et se sent coupable à la suite d'événements tragiques. Même s'il sait que l'homme n'est pas maître de son destin, il tente d'en saisir le sens jusqu'au vertige.
A travers ce récit résonne une histoire d'exil, de transgression, de passion amoureuse d'un homme face à ses choix les plus terribles.

Mon avis :

"Ses choix les plus terribles" : ah bon ! Je n'en ai noté qu'un, et encore, j'aurai fait le même choix que lui sans que cela me paraisse si terrible.

Alors oui, cette lecture ne m'a pas bouleversée.

J'attendais de visiter le bâtiment d'Ellis Island : son hall d'entrée immense, ses couloirs et ses pièces froides, le circuit des immigrants avant le Grall de la Porte d'Or.

Car Mon cher et tendre et moi avons eu la chance de visiter les lieux au petit matin, avant la horde de touristes et de scolaires. J'aurais aimé retrouver cette ambiance si particulière, ou alors quelque chose de complètement différent, mais bien vivant.

L'auteure nous offre plutôt le portait d'un personnage, certes important dans la hiérarchie du lieu, mais que j'ai trouvé détaché des hordes d'immigrants qu'il était chargé de recevoir. Et puis il ne peut imaginer une seconde que son amour interdit ai pu aller plus loin que Manhattan. Et Dieu sait que ce pays est immense.....

Vous l'aurez compris, je suis passée complètement à côté de ce roman. Tant pis pour moi.

L'image que je retiendrai :

Celle de la tombe de Paolo, un peu à l'écart des autres, sur cette île bientôt abandonnée.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 12:21 - Auteurs en J - Vos impressions [17] - Permalien [#]
Tags : , ,


Le chat passe à table - Philippe GELUCK

51YxsJfdq3L

Casterman, 8 octobre 2014, 192 pages

Résumé de l'éditeur :

Depuis qu'il est redescendu parmi nous (par minou ?) après avoir endossé le rôle de Dieu, Le Chat revient à sa préoccupation première : nous mettre les zygomatiques en feu. Le Chat balance et flingue à tout va : il passe à table, crache le morceau, met les bouchées doubles et n'y va pas avec le dos de la cuillère.

Mon avis :

Si j'avais aimé le précédent album double du Chat (La Bible selon Le Chat), je dois avouer que je cherche encore le fil directeur pour ces deux albums.

J'ai aimé certaines réflexions, d'autres moins, voire beaucoup moins. Mais dans l'ensemble, je reste une inconditionnelle du personnage.

87363545_o

 

Merci Monsieur Gilles Paris pour l'envoi de cet album.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 12:48 - Auteurs en G - Vos impressions [24] - Permalien [#]
Tags :


Les neuf cercles - R.J. ELLORY

41pNVCpTVVL

Sonatine, 2 octobre 2014, 573 pages

Résumé de l'éditeur :

1974. De retour du Vietnam, John Gaines a accepté le poste de shérif de Whytesburg, Mississippi. Une petite ville tranquille jusqu'au jour où l'on découvre, enterré sur les berges de la rivière, le cadavre d'une adolescente.

La surprise est de taille : celle-ci n'est autre que Nancy Denton, une jeune fille mystérieusement disparue vingt ans plus tôt, dont le corps a été préservé par la boue. L'autopsie révèle que son cœur a disparu, remplacé par un panier contenant la dépouille d'un serpent.

Traumatisé par le Vietnam, cette guerre atroce dont " seuls les morts ont vu la fin ", John doit à nouveau faire face à l'horreur. Il va ainsi repartir au combat, un combat singulier, cette fois, tant il est vrai qu'un seul corps peut être plus perturbant encore que des centaines. Un combat mené pour une adolescente assassinée et une mère de famille déchirée, un combat contre les secrets et les vérités cachées de sa petite ville tranquille.

Si mener une enquête vingt ans après le crime semble une entreprise périlleuse, cela n'est rien à côté de ce qui attend John : une nouvelle traversée des neuf cercles de l'enfer.

Mon avis :

Disons-le tout de suite : je n'ai pas perçu les fameux 9 cercles de l'enfer. Je n'ai perçu que celui de la guerre du Vietnam, ce n'est déjà pas mal.

Car l'enquête de nos jours n'est qu'un prétexte pour nous faire découvrir les réminiscences de cette guerre, telles que peuvent les vivre les vétérans. Ces images qui vous viennent devant les yeux à l'improviste, imposant leur vision d'horreur à n'importe quel moment. C'est en cela que l'auteur est fortiche dans ce roman.

Pour le reste, l'enquête policière est des plus banale et le shériff un peu pataud qui ne peut voir plus loin que le bout de son nez.

On devine les pratiques vaudou pas loin, mais rien de bien prégnant.

Le style est fluide, malgré quelques tics d'écriture qui m'ont gênés sans toutefois me laisser un souvenir précis (j'aurais dû les noter, mais j'ai été emporté par ma lecture et mon désir de savoir la fin).

Les moeurs du Sud sont également décrites, sans que la Ségrégation tienne une place d'importance dans le roman.

Au final, j'ai passé de très bonnes heures de lecture à la recherche de la vérité.

L'image que je retiendrai :

Celle du serpent qui se mord la queue mis à la place du coeur de Nancy, pratique symbolique.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 12:57 - Auteurs en E - Vos impressions [16] - Permalien [#]
Tags : , ,


Un livre, un lieu

 

Je reprends un Tag qui circule en ce moment sur la blogosphère littéraire (ça en jette, n'est-ce pas !)

Le principe est simple, il faut se souvenir de quelques lectures associées à certains lieux. 

* Le plus classique : un matin, pendant les vacances de printemps chez mes parents, je devais être ado, je me réveille avant tout le monde et me rend dans le salon où il fait frisquet ce matin-là. Je m'installe près du radiateur, et je me plonge dans Anna Karénine, ses longs doigts fins, Vronski..... et je lis pendant des heures.

410MG0hytVL

* Une lecture en miroir : l'année d'après, en cours de français en première, j'ai en face de moi une des meilleure élève de la classe. Elle installe en début d'heure son roman entre ses jambes et se plonge à son tour dans le destin d'Anna.

* Une lecture honteuse en publique : étudiante, je prennais chaque jour le train. Un soir, je venais de me plonger dans "La philosophie dans le boudoir" de Sade sur e quai, en attendant le train en retard. Quelqu'un s'assoit à côté de moi et commence à lier la conversation : Vous lisez quoi ? Ca parle de quoi ? C'est bien ? Heureusement, le train est arrivé peu après.....

419yWPno4bL

* Un univers à part : lecture de "Ulysse" de James Joyce au fond du bus (eh oui, je prenais le train + le bus pour aller à la fac)

51Z4j43ZcDL

 

 

 

A vous, maintenant !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 18:23 - Question-Tags - Vos impressions [28] - Permalien [#]
Tags :




Fin »