Mot-à-mots

J'ai commencé ma vie comme je la finirai... Au milieu des livres (Jean-Paul SARTRE)

Hilarion : l'énigme des fontaines mortes - Christophe ESTRADA

41GM-BnU4GL

Actes Sud Editions, 1er juin 2013, 521 pages

Résumé de l'éditeur :

Automne 1776, Aix s’anime : ces Messieurs du Parlement font leur rentrée, après avoir passé les mois d’été dans leur villégiature. Le chevalier Hilarion, envoyé en mission par le jeune Roi Louis XVI pour rétablir son autorité dans la province, retrouve avec plaisir la marquise d’Espinouse, sa vieille tante.

Mais bien vite, le temps n’est plus aux réjouissances ni aux plaisirs mondains. De la scène de théâtre où triomphe la Vitali, le drame se déplace dans les rues les plus sordides de la cité : le corps de l’amant de la séduisante comédienne, fils d’un parlementaire influent, est découvert dans une impasse où l’assassin s’est plu à une mise en scène particulièrement odieuse.

Tandis que la noblesse d’Aix enterre ses morts, Hilarion chargé officieusement de l’enquête, doit affronter un monstre qui le défie en signant ses crimes : les corps sont tous abandonnés dans les lieux les plus répugnants. Néanmoins, le jeune chevalier Hilarion peut-il compter sur le lieutenant criminel Lebrest, si soucieux de défendre ses prérogatives face à une noblesse qui n’a que mépris pour lui ?

Fort de sa réputation d’investigateur et de duelliste, Hilarion, tout à la fois cruel et précieux, est un personnage bien déconcertant. Dans l’ombre du vieux palais comtal, il découvrira la corruption des coeurs et devra faire face à ses propres démons.

Mon avis :

Un bien curieux personnage que cet Hilarion balafré, bras droit du roi de France. Heureusement né dans la noblesse, il peut se déplacer aisément au sein de celle-ci afin de faire avancer son enquête.

Une enquête qui avance doucement mais sûrement, car ce qui importe dans ce roman, ce n'est pas tant l'intrigue en elle-même que l'arrière-plan historique.

L'auteur nous plonge en effet au coeur de la ville d'Aix en plein 18e siècle. On y boit du chocolat (beaucoup), on y marche dans des rues crottées et insalubres, on ne se mélange pas.

Un roman à la fois passionnant et instructif, malgré les trops nombreuses descriptions de duels à mon goût.

L'image que je retiendrai :

Celle du parfum de violette, clé de l'énigme.

85127553

 

85262867

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 12:10 - Auteurs en E - Vos impressions [12] - Permalien [#]
Tags : ,



Muette - Eric PESSAN

9782226249708FS

Albin Michel, 21 août 2013, 224 pages

Résumé de l'éditeur :

Muette s'enfuit de chez elle, dans la campagne des bords de Loire, un jour chaud de printemps. Elle a prémédité sa fuite, entreposé nourriture et couchage pour se réfugier dans une vieille grange à une heure de chez elle en plein bois. Ses journées à arpenter prés, ruisseaux et forêts, à dénicher lapins ou chevreuils sont ponctuées des réminiscences du temps d'avant, des remarques stéréotypées de ses parents, de leur peur de tout, de leur manière de ne pas la considérer en tant que personne.

A 16 ans, elle est très résolue dans son choix de couper avec ce monde-là. Jusqu'à la fin inattendue et singulière...

La fugue d'une ado mal dans sa peau, en pleine mue, qui préfère fuir que se révolter, qui ne veut pas renoncer et va vivre une vie sauvage en fille des bois qui aurait tous les référents de notre monde globalisé, toutes les images de cinéma sur les risques encourus, toutes les peurs de l'inconnu que sa mère lui rabâchait. Une fille des bois à l'heure d'internet.

Mon avis :

Ouvrir ce roman, c'est entrer dans l'univers de Muette (dont on ne saura jamais le vrai nom).

Une fugue préparée de longue date, au gré de ses pérégrinations en vélo dans la campagne lors des vacances et des mercredis passés seuls.

Une jeune fille seule, bonne élève mais effacée en classe ; qui à l'oreille au "qu'en-dira-t-on" ; qui, à la maison, subie les reproches de sa mère et les silences de son père.

On comprend, au fil des pages, que Muette n'est pas une enfant désirée ; que le mariage forcé de ses parents part à vau l'eau.

Muette nous fait découvrir la campagne des bords de Loire, la nature étant de plus en plus présente au fil des pages.

L'image que je retiendrai :

Celle du cerf qui hante les bois autour de l'abri de Muette, et qui hante les pages du roman.

 

85127553

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 12:32 - Auteurs en P - Vos impressions [36] - Permalien [#]
Tags : ,


Une fille comme les autres -Jack KETCHUM

9782352940203FS

Bragelonne, 11 janvier 2007, 350 pages

Résumé de l'éditeur :

Une petite ville des États-Unis dans les années 1950. Un jour d’été, au bord du ruisseau où il pêche des écrevisses, le jeune David fait la connaissance de la jolie Meg, sa nouvelle voisine. Meg et sa sœur vivent depuis peu chez Ruth Chandler, leur tante et mère du meilleur copain de David.

Petit à petit, intrigué et fasciné, le jeune garçon se rend compte qu’il se passe quelque chose d’anormal chez les Chandler, que les choses ne sont pas ce qu’elles paraissent être dans ce paisible quartier résidentiel. Trente ans plus tard, David se souvient... 

Mon avis :

Il y a quelques jours maintenant que je viens de refermer ce livre, et je dois dire que j'ai hésité fort longtemps à en faire un billet.

Voilà un roman qui m'a tenu en horreur tout le long de ses 350 pages, ou presque.

Dès les pemières pages, il a commencé par me décevoir : que le style est plat. Mais à la limite, si l'intrigue tient la route, continuons.

Sauf que cela se corse (comme dirait Napoléon) : il est question de cruauté dans ces pages. Pas de cruauté envers les animaux, non ; de cruauté envers une jeune fille de 15 ans qui n'avait rien demandé à personne.

Ses sévices nous sont décrits par le menu, demi-journée après demi-journée, entre deux verres de Coca pour ses tourmenteurs.

Ce qui a fait déborder le vase, c'est que le petit voisin, au départ amoureux de la jeune fille, assiste aux scènes de torture, est captivé, et y retourne, jour après jour. David "sent" bien qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond, mais ça ne va pas plus loin.

Aucun espoir dans ces pages. C'en était trop pour moi, spectatrice impuissante.

Un roman qui m'a mis mal à l'aise et que j'ai terminé au pas de charge.

L'image que je retiendrai :

Celle de la peinture que Mag a faite pour David et qu'elle lui offre, le repésentant lors de leur première rencontre au bord du ruisseau.

 

94327648

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 10:17 - Auteurs en K - Vos impressions [20] - Permalien [#]
Tags : ,


Hématome - Maud MAYERAS

51r5BcHmSuL

Le livre de poche, 28 novembre 2007, 312 pages

Résumé de l'éditeur :

Dans une chambre d'hôpital, une jeune femme se réveille péniblement. Elle ne sait ni qui elle est, ni pourquoi son corps la fait autant souffrir : sa mémoire est comme effacée. A son chevet, Karter, son compagnon, effondré, lui apprend qu'on l'a agressée, puis violée.

Dès sa sortie, Emma, assaillie par des flashs terrifiants, tente de reconstituer le puzzle de sa vie. Qui l'a agressée alors qu'elle attendait un enfant ? Quel grand malheur a mis un terme à sa carrière ? Et pourquoi le silence la sépare-t-il de son père depuis toutes ces années ? Bribe par bribe, les souvenirs ressurgissent, sans apporter compréhension ni réconfort.

Emma croise des personnages de plus en plus inquiétants et la mort semble peu à peu tout recouvrir autour d'elle...

Mon avis :

Voici un premier roman fort réussi : la tension qui monte au fil des pages, le suspens présent jusqu'au bout, des personnages intrigants, un passé qui se dévoile par petites touches.

Ce que j'ai aimé c'est que dès les premières pages, nous sommes comme le personnage principal, plongé dans un monde dont on ignore tout. Emma a en effet perdu la mémoire à la suite de son agression assez violente. Petit à petit, des bribes de souvenirs lui reviennent et, comme elle, nous tentons de reconstruire le puzzle.

Et puis son compagnon, Kay, est lui aussi bien énigmatique. On ne sent pas vraiment d'amour entre Emma et lui. Bizarre autant qu'étrange.

Bref, j'ai dévoré ce polar en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, et je n'ai pas été déçue. Si, c'est parfois un peu verbeux sur la fin, quand le suspens est à son comble.

Et puis le jeu de mot sur le titre qui éclaire toute l'histoire est fort bien trouvé. Chapeau.

L'image que je retiendrai :

Celle de la clinique vétérinaire désertée, théâtre de la dernière scène où tout se joue.

L'auteure vient de publier un autre roman. Il est noté.

94327648

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 12:01 - Auteurs en M - Vos impressions [24] - Permalien [#]
Tags :


Fétiche - Mo HAYDER

41fA2iuBZbL

Presses de la Cité 10 octobre 2013, 425 pages

Résumé de l'éditeur :

Les patients de l’unité fermée Beechway sont très sensibles à la suggestion. Une hallucination peut se répandre tel un virus. Aussi, lorsque plusieurs malades se donnent la mort après s’être atrocement mutilés, le fantôme de « La Maude » ressurgit. Selon la légende, au XIXe siècle, à l’époque où Amberly était une maison de redressement, une surveillante naine et sadique surnommée Sœur Maude terrorisait les pensionnaires. Son spectre n’aurait depuis cessé de hanter les lieux, et aurait causé au fil des ans de nombreuses victimes.

Soucieux de protéger ses patients mais aussi de mettre fin à l’hystérie collective qui gagne même son équipe, AJ, infirmier psychiatrique en chef, décide de faire appel au commissaire Jack Caffery.

Mon avis :

Le résumé de l'éditeur ne donne que la trame essentielle du roman, car cette enquête qui, pour le commissaire Caffery ne commence qu'à la seconde moitié du roman, se double d'une enquête sur les causes de la mort de Misty et la disparition de son corps.

Et je dois avouer que cette autre partie du roman ne m'a pas accroché.

En revanche, j'ai beaucoup aimé la montée du suspens autour de Maud, le premier chapitre sur "Le Mère Monstre" et la vérité qui se fait jour, petits bouts par petits bouts.

Mais j'ai trouvé l'auteure bien incertaine : une fois AJ est Scully, une fois il est Samy de Scooby-Doo. Il faut se décider !

Les personnages sont intéressants et pleins de mystères, on les découvre au fil des pages dans leurs travers et leurs mensonges. Sans oublier le Sommerset, très présent au fil des pages.

Une autre enquête du commissaire Caffery, mais je dois avouer que je n'avais pas lu les précédentes.

L'image que je retiendrai :

Celle des fameuses poupées fétiches d'Isaac, faites avec des petits bouts de tout et qu'il ne lâche jamais, d'où leurs odeurs pestilentielles.

 

94327648

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 12:05 - Auteurs en H - Vos impressions [30] - Permalien [#]
Tags : ,


Plonger - Christophe ONO-DIT-BIOT

41YYGSbgXeL

Gallimard, 22 août 2013, 448 pages

Résumé de l'éditeur :

Un homme enquête sur la femme qu'il a passionnément aimée. Elle est partie il y a plusieurs mois, pour une destination inconnue, le laissant seul avec leur petit garçon. Elle était artiste, elle s'appelait Paz. Elle était solaire, inquiète, incroyablement douée. Elle étouffait en Europe.

Pour son fils, à qui il doit la vérité sur sa mère, il remonte le fil de leur amour - leur rencontre, les débuts puis l'ascension de Paz dans le monde de l'art, la naissance de l'enfant - et essaie d'élucider les raisons qui ont précipité sa fin.

Des trésors de la vieille Europe aux mégapoles du Nouveau Monde, du marbre des musées au sable des rivages où l'on se lave de tout, Plonger est l'histoire d'un couple de notre temps. En proie à tous les vertiges d'une époque où il devient de plus en plus difficile d'aimer.

Mon avis :

Voici un vrai roman français, qui raconte une histoire belle d'amour, avec des mots choisis ; qui nous parle de notre monde, un peu.

J'ai beaucoup aimé me laisser prendre par la main par l'auteur les 3 premiers quarts du roman, le dernier quart étant, à mon avis, de trop.

Ceci dit, la quatrième de couverture est trompeuse, qui parle "d'élucidation des raisons qui ont précipité (la) fin". Je pense plutôt que le narrateur veut simplement raconter à son fils sa mère, sans forcément trouver les raisons du pourquoi ni du comment.

J'ai aimé Paz, artiste mystérieuse, sans cesse en questions. J'ai aimé César, qui tente de faire de son mieux pour satisfaire tout le monde. J'ai aimé leur fils, portrait brossé à petits traits par-çi par-là.

Pourtant, je n'ai pas ressenti de veritable émotion à la lecture de ces pages. J'avais envie d'y revenir, ce qui est déjà pas mal, mais sans plus.

L'image que je retiendrai :

Celle de l'oeuvre d'art "Boy with frog" à l'origine de la naissance du fils du narrateur.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 12:08 - Auteurs en O - Vos impressions [34] - Permalien [#]
Tags : ,




Fin »