Redirection vers alexmotamots.wordpress.com dans quelques secondes.
Mot-à-mots

Mot-à-mots

J'ai commencé ma vie comme je la finirai... Au milieu des livres (Jean-Paul SARTRE)

Au revoir, Canalblog

canal-blog

Jamais deux sans trois !

Je ne ferai pas mentir le dicton : je quitte cette seconde plateforme pour une troisième.

Il y eut le blog des Couassous sur over-blog. Mes enfants ont grandi, j'ai fermé ce blog.

Puis celui de mes lectures sur Canalblog. Mais il semble qu'il ne fonctionne pas correctement pour tout le monde.

Qu'à cela ne tienne, je saute le pas.

Et hop !

 

Unknown

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 10:36 - Vos impressions [41] - Permalien [#]



Code Lupin - Michel BUSSI

9782848112091FS

Editions des Falaises, 18 juin 2014, 186 pages

Résumé de l'éditeur :

L'aiguille creuse d'Etretat, les tours blanches de l'abbaye de Jumièges, le vieux phare de Tancarville, le tombeau de Rollon sous les ruines de Thibermesnil, la valleuse déserte de Parfonval, les îles englouties de la Seine, les marées d'équinoxe de la Barre-y-va... Autant de lieux mystérieux dont les énigmes sont percées par Arsène Lupin, dans de fascinantes chasses aux trésors, au coeur du triangle d'or, le fameux triangle cauchois, imaginé par Maurice Leblanc. 

Imaginé ? Est-ce si sûr ? Et si les aventures d'Arsène Lupin dissimulaient un code ? Un sens secret ? La clé d'un trésor normand, bien réel celui-là ?

Le professeur Roland Bergton en est convaincu. Il dispose d'une journée pour percer l'énigme, avec pour seuls indices une pièce d'or trouvée sous les falaises, une nouvelle inachevée de Maurice Leblanc... et l'aide d'une jeune étudiante en histoire, aussi brillante que séduisante.

Mon avis :

Voici le premier roman de Michel Bussi enfin ré-édité.

Une enquête géographique qui nous emmène dans le pays de Caux, en Normandie.

Pour éviter que sa narration soit trop statique, l'auteur alterne les moyens de transport : voiture, motos, vélos, avions, pour finir pedibus.

Parce qu'il est vrai que la narration est un peu statique et descriptive. Heureusement, les photos apportent un souffle de respiration et permettent de mieux visualiser les monuments, les lieux et la géographie secrète.

On sent la passion de l'auteur pour l'écrivain Maurice Leblanc et pour cette partie de la Normandie.

Quand nous y retournerons, je sais déjà dans quelle partie nous irons.

L'image que je retiendrai :

Moi qui croyais qu'il n'y avait des calvaires qu'en Bretagne.

Deux citations :

"Leblanc lui-même reconnaissait que c'est sans doute ce qui rendait ses oeuvres différentes des autres romans policiers : l'utilisation de l'histoire de France, des châteaux, des églises, des cryptes, des souterrains, des grottes, des cartes codées, des symboles ésotériques... C'est Maurice Leblanc qui a inventé ce genre : la chasse au trésor policière." (p.19)

"Je ne me rappelle que d'une chose de mes lectures de Lupin. La clé de l'énigme reposait sur la disposition des lieux entre eux." (p.24)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 12:07 - Auteurs en B - Vos impressions [24] - Permalien [#]
Tags : ,


Dans son ombre - Gerald SEYMOUR

519ZPjQ2xvL

Sonatine, 22 janvier 2015, 581 pages

Résumé de l'éditeur :

Londres, 2001 : Joey Cann se tient devant une maison qu'il a vue des centaines de fois sur des photos, dans des dossiers, dans des rapports, celle d'Albert William Packer, un richissime homme d'affaires soupçonné de diriger la mafia londonienne.

Joey est membre de l'Église, un service des douanes britanniques qui vient de subir un cuisant revers. Après trois ans de surveillance, un budget de cinq millions de livres, un procès retentissant, Packer, qui a été emprisonné pendant des mois, vient en effet d'être libéré suite à l'étrange défection d'un témoin clé. Si l'enquête est officiellement close, Cann s'est malgré tout juré de ne jamais renoncer. Désormais, il sera dans l'ombre de sa cible, en permanence.

Un homme retrouvé mort à Sarajevo va bientôt forcer Packer à sortir de son antre pour gagner la Bosnie. C'est sur ce terrain inattendu, dans un pays durement éprouvé par la guerre, que Cann, accompagné de Maggie Bolton, une experte en surveillance, va tenter de le piéger.

Mon avis :

Décrit comme un thriller, ce bon gros roman appartient plutôt à la catégorie espionnage. Qu'à cela ne tienne !

Je suis donc Joey Cann et son obsession de Packer, dit Mister. Obsession qui l'entraîne à Sarajevo où se déroulera l'intrigue du roman.

Tout au long des presques 600 pages, l'auteur nous décrit l'aura de Mister, personnage important du trafic de drogues à Londres, respecté et craint. Mais hors de l'Angleterre, il n'est plus personne et l'on découvre des requins ayant déjà pris en main le business européen.

Pendant près de 400 pages, l'auteur nous décrit la ville et l'état du pays, rongés par le marché noir et les trafiques divers, y compris celui des aides internationales.

Si l'intrigue en elle-même ne m'a pas passionnée (trop lente à mon goût), j'ai apprécié que l'on me conte l'histoire du conflit par le petit bout de la lorgnette. J'ai aimé decouvrir ce pays délaissé des Dieux, loin de la carte postale.

J'ai senti, tout au long des pages, que l'écrivain connaissait bien cette partie du monde, et la ville de Sarajevo en particulier. Son histoire tragique, également. J'ai découvert ainsi de quelle façon la ville avait souffert et souffre encore de sa non-reconstruction.

J'ai aimé retrouver les deux agriculteurs, séparés par la guerre, se retrouvant après pour continuer de disputer leurs parties d'échec. Et découvrir enfin leur rôle dans cette histoire.

Bref, si l'aspect policier de l'histoire ne m'a pas convaincu, j'ai en revanche beaucoup goûter la visite de cette région du monde dévastée par une guerre fratricide.

L'image que je retiendrai :

Celle du seul juge de Sarajevo encore intègre, qui vit dans une moitié de maison en haut d'une côte avec sa fille handicapée.

 

Je remercie Babelio et son opération Masse Critique pour l'envoi de ce roman.

 

101831729

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 12:48 - Auteurs en S - Vos impressions [15] - Permalien [#]
Tags : ,


Satan était un ange - Karine GIEBEL

51jLJu4LfAL

Fleuve Editions, 13 novembre 2013, 336 pages

Résumé de l'éditeur :

Hier encore, François était quelqu'un. Un homme qu'on regardait avec admiration, avec envie. Aujourd'hui, il n'est plus qu'un fugitif qui tente d'échapper à son assassin. Qui le rattrapera, où qu'il aille. Quoi qu'il fasse. La mort est certaine. L'issue, forcément fatale. Ce n'est plus qu'une question de temps. Il vient à peine de le comprendre.

Paul regarde derrière lui ; il voit la cohorte des victimes qui hurlent vengeance. Il paye le prix de ses fautes. Ne pas pleurer. Ne pas perdre de temps. Accélérer. L'échéance approche. Je vais mourir.

Dans la même voiture, sur une même route, deux hommes que tout semble opposer et qui pourtant fuient ensemble leurs destins différents. Rouler droit devant, admirer la mer. Faire ce qu'ils n'ont jamais fait. Vivre des choses insensées. Vivre surtout... Car après tout, pourquoi tenter sans cesse de trouver des explications ?

Mon avis :

Quel road-movie à la française : sur l'autoroute ou les petites de l'arrière-pays niçois. Dans la banlieue lyonnaise ou à Lille.

Un avocat d'affaire et un petit truand réuni par un seul but : la fuite.

L'auteur change de catégorie dans le roman noir et nous fait lire un roman plus classique avec un arrière plan politique intéressant.

Au programme : la fin de vie et l'acharnement thérapeutique (Satan en blouse blanche ?) mais aussi le traffic d'êtres humains et surtout le scandale de nos déchets occidentaux rejetés en Afrique.

C'est de ce fait divers-là que part Karine Giebel pour construire son roman : l'assasinat de la journaliste italienne Haria Alpi et de son cadreur Miran Hrovatin, le 20 mars 1994 à Mogadiscio en Somalie. Ils menaient une enquête sur un trafic international de déchets toxiques et avient réunis suffisement de preuves pour faire éclater le scandale. L'assasinat n'a jamais été élucidé et tous les documents réunis par cette journaliste ont disparu. Elle avait 33 ans.

Un bel hommage.

L'image que je retiendrai (attention spoiler) :

L'auteure reste fidèle à elle-même, Paul est obligé de reprendre son Beretta du coffre où il l'avait soigneusement enfermé, même au bout du monde.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 12:18 - Auteurs en G - Vos impressions [14] - Permalien [#]
Tags :


L'affaire Collini - Ferdinand VON SCHIRACH

514w-lCL7rL

Gallimard, 4 juin 2014, 160 pages

Résumé de l'éditeur :

Hans Meyer, une personnalité respectée de la haute société allemande, est sauvagement assassiné dans sa chambre d'hôtel à Berlin. Le jeune avocat Caspar Leinen est commis d'office pour assurer la défense de l'assassin présumé, un certain Fabrizio Collini.

Il ne comprend pas comment cet ancien ouvrier de chez Mercedes, en apparence un homme sans histoires, pourrait être lié au grand industriel octogénaire, et pourquoi il aurait voulu le tuer. Surtout que Collini se mure dans le silence... Leinen est d'autant plus troublé que Hans Meyer était aussi le grand-père de son meilleur ami.

Quand il commence ses recherches pour défendre son client, il ne se doute pas qu'elles le mèneront au coeur d'un chapitre particulièrement sombre de l'histoire allemande, dont l'affaire Collini constitue simplement l'épilogue...

Mon avis :

Nous voici plongé au coeur du fonctionnement du système judiciaire allemand. Ne prenez pas vos jambes à votre cou, ce petit roman est passionnant.

On y découvre une loi passée inaperçue car votée en plein été 1968. Cela vous rappelle quelque chose ? Et oui, nos amis allemands font aussi bien que nous. Ou nous aussi bien qu'eux, c'est selon.

L'article de loi dont il est question est détaillé à la fin du roman. Le récit lui, ne sert que d'illustration à cette aberration.

L'auteur précise que depuis janvier 2012, quelques mois après la parution de son roman, le ministère fédéral de la Justice a institué une commission indépendante pour évaluer l'empreinte laissée par le passé nazi sur le ministère.

L'image que je retiendrai :

Celle de la neige tombant silencieusement dans les rues de Berlin.

L'avis de Dasola.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 12:28 - Auteurs en V - Vos impressions [18] - Permalien [#]
Tags : ,


Vernon Subutex 1 - Virginie DESPENTES

513iKVTPtOL

Grasset, 7 janvier 2015, 400 pages

Résumé de l'éditeur :

QUI EST VERNON SUBUTEX ?

Une légende urbaine.

Un ange déchu.

Un disparu qui ne cesse de ressurgir.

Le détenteur d’un secret.

Le dernier témoin d’un monde disparu.

L’ultime visage de notre comédie inhumaine.

Notre fantôme à tous.

Mon avis :

Je dois l'avouer, j'ai eu un peu de mal les 80 premières pages du roman. C'est écrit serré, il faut être attentif, pas une minute de repos.

Puis le récit prend son envol : le texte ne tourne  plus seulement autour de Vernon, des personnages secondaires bienvenus donnent souffle à la narration.

L'auteure n'en oublie pas moins son but principal : nous parler de nous, de notre société, de notre mode de vie, de nos petits et grands travers.

C'est drôle, enlevé et intelligent.

Et ce n'est que le premier volet de la trilogie.

L'image que je retiendrai :

Celle de Xavier pleurant son chien Colette mort d'une tumeur, plus qu'il n'a pleuré son frère mort d'une overdose. Et la description de la décrépitude du chien qui urinait de partout dans l'appartement et qu'il fallait porter car il se refusait à le faire piquer.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Alex mot a mots à 12:25 - Auteurs en D - Vos impressions [41] - Permalien [#]
Tags : ,