Mot-à-mots

J'ai commencé ma vie comme je la finirai... Au milieu des livres (Jean-Paul SARTRE)

La soeur - Sandor MARAI

41+GwWzAl+L

Albin Michel, 2 novembre 2011, 299 pages

Résumé de l'éditeur :

En 1939, un pianiste hongrois en pleine gloire est brusquement hospitalisé à l'issue d'un concert à Florence, victime d'un mal mystérieux.

Il va passer trois mois en proie à de grandes souffrances, dans un état quasi-hallucinatoire parfois, tandis que quatre infirmières, des religieuses à la fois bienveillantes et un peu inquiétantes, lui dispensent l'oubli à coups de morphine. Ce sont ses "rendez-vous chimiques" qu'il attend avec l'impatience d'un amant.

Tandis qu'au-dehors la guerre se déchaîne, Z mène à huis clos un combat contre un mal intérieur dont il cherche les causes. Il revisite la relation passionnelle qu'il entretient depuis plusieurs années avec une femme mariée, belle et frigide. Un bonheur qui se nourrissait du manque et du déni. Mais la dépossession de soi qu'engendre la maladie est peut-être le premier pas vers une renaissance.

Mon avis :

Ecrit juste après Les Braises, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, La Soeur est le dernier livre que publie Sandor Marai en Hongrie, peu avant son exil.

Un auteur que je découvre avec ce roman, qui m'a à la fois déçu et enchanté.

Déçue car le roman est écrit comme on écrivait au 19e siècle. Pire, très peu de paragraphes ; des dialogues qui font peu avancer ; des descriptions à n'en plus finir. Cette musique-là ne m'a pas bercée. Qui plus est, l'auteur met du temps avant d'entrer dans le vif du sujet. Quant à la fameuse soeur, elle ne fait son apparition qu'en fin de volume. Patience fut donc le maître-mot de ma lecture.

En revanche, la présence du chamane dans le récit ; la façon dont le médecin explique la maladie du maestro m'ont pationnées.

Sans oublier la présence des quatres soeurs (comprenez infirmière) qui dispense la morphine bienfaitrice à minuit afin que le patient puisse dormir.

Et puis celle qui lui administrera la dose qui lui fera changer sa vie, se réfugiant ensuite dans son couvent. Tout un mystère....

Au vue du résumé, on attend le récit d'une grande histoire d'amour entre le musicien et la femme mariée. Et bien non, nada !

Ainsi, pas sûre que je lise d'autres romans de cet auteur, trop 19e pour moi.

L'image que je retiendrai :

Celle, tragique, de ce pianiste qui ne peut plus jouer suite à la perte de mouvement de deux de ses doigts, dûe à une mystérieuse maladie.

Posté par Alex mot a mots à 12:11 - Auteurs en M - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : ,



Commentaires sur La soeur - Sandor MARAI

  • Si certains des thèmes pourraient me plaire, je ne suis pas convaincu de me lancer.

    Posté par Moka, samedi 12 janvier 2013 à 16:58 | | Répondre
    • convaincue*

      Posté par Moka, samedi 12 janvier 2013 à 16:59 | | Répondre
      • Je comprends, j'ai trouvé cette lecture bien longue.

        Posté par Alex mot a mots, samedi 12 janvier 2013 à 18:48 | | Répondre
  • Une déception, quoi. Je ne connais pas du tout la littérature hongroise mais une chose est sûre, je ne me lancerai pas avec ce titre-là.

    Posté par jerome, samedi 12 janvier 2013 à 18:08 | | Répondre
    • Les autres romans du même auteur ont l'air meilleur. A voir.

      Posté par Alex mot a mots, samedi 12 janvier 2013 à 18:48 | | Répondre
  • bref, un bilan contrasté et dire qu'Athalie m'a fortement encouragée à lire cet auteur. Bises

    Posté par Philisine Cave, samedi 12 janvier 2013 à 18:20 | | Répondre
  • J'ai pas mal entendu parler de ce roman mais il ne m'attire pas vraiment. En plus tu as l'air déçue....Il faut se méfier des quatrièmes de couverture...

    Posté par Mélusine, samedi 12 janvier 2013 à 19:49 | | Répondre
    • J'essaye de ne plus lire les 4e de couverture, mais parfois, ça me démange....

      Posté par Alex mot a mots, lundi 14 janvier 2013 à 16:20 | | Répondre
  • C'est un incontournable de la littérature hongroise,mais les classiques c'est vrai qu'aujourd'hui c'est plus difficile à lire. (je n'en ai lu qu'un "les braises").

    Posté par aifelle1, dimanche 13 janvier 2013 à 06:37 | | Répondre
    • Peut-être aussi le fait que ce soit son dernier roman, donc pas forcément le meilleur.

      Posté par Alex mot a mots, lundi 14 janvier 2013 à 16:21 | | Répondre
  • De bien belles amours qui finissent à l'hôpital, quel dommage. M'enfin...
    Bisous endimanchés

    Posté par HIL le Rhodan, dimanche 13 janvier 2013 à 07:13 | | Répondre
  • Un auteur autour duquel je tourne depuis longtemps. Mais je ne suis pas encore décidée.

    Posté par Manu, dimanche 13 janvier 2013 à 20:22 | | Répondre
  • Je ne connais pas cet auteur... et vais peut être attendre un peu aux vues de ton article.

    Posté par CeciBon, dimanche 13 janvier 2013 à 20:55 | | Répondre
    • Comme c'est son dernier roman avant son décès, je pense qu'il vaut mieux essayer un de ses meilleurs titres.

      Posté par Alex mot a mots, lundi 14 janvier 2013 à 16:22 | | Répondre
  • Un avis en demi-teinte... je passe donc mon tour

    Posté par yuko, lundi 14 janvier 2013 à 11:09 | | Répondre
  • J'avais adorer"Les braises", du grand art !!! ...Je ne connais pas celui-ci;

    Posté par Malika, lundi 14 janvier 2013 à 13:03 | | Répondre
    • C'est son dernier paru avant sa mort. Apparemment pas son meilleur.

      Posté par Alex mot a mots, lundi 14 janvier 2013 à 16:22 | | Répondre
  • De lui j'ai lu" les Braises" et" le premier amour." C'est vrai que le style est lent mais, chose étrange, c'est ce qui m'a plu.Par contre ,voulant continuer la découverte, j'ai pris un autre de ses romans (dans un rayon à la médiathèque, accroupie, lisant les premieres pages) et je n'ai pas continué..On retrouve ce même style, ce qui est, au bout d'un moment , lassant.
    Saurais tu comment ne pas réécrire systématiquement, à chaque commentaire, le peseudo, adresse mail etc...Je ne veux pas utiliser FB...

    Posté par pyrausta, mardi 15 janvier 2013 à 16:27 | | Répondre
    • Il me semble qu'il faut que tu t'inscrive sur Canalblog (même sans blog).

      Posté par Alex mot a mots, mercredi 16 janvier 2013 à 18:56 | | Répondre
  • Autant j'avais aimé Les braises, autant je n'ai pas réussi avec celui-ci

    Posté par Yv, mercredi 16 janvier 2013 à 13:22 | | Répondre
    • Pas lu "les braises" mais vous me faites envie, tous, à citer ce roman.

      Posté par Alex mot a mots, mercredi 16 janvier 2013 à 18:56 | | Répondre
  • Pour ma part, je l'avais trouvé assez envoutant!! Long, c'est sur, mais vraiment bien fait !! Ceci dit, j'ai lu Les étrangers du même auteur et si tu n'as pas aimé celui ci, je te déconseille de le lire. Même moi qui est apprécié celui là, je n'ai pas aimé

    Posté par Sybille, mercredi 16 janvier 2013 à 22:32 | | Répondre
    • Ce fut mon regret pour cette lecture : n'avoir pas réussi à me laisser envoûter.

      Posté par Alex mot a mots, jeudi 17 janvier 2013 à 08:38 | | Répondre
  • J'ai entendu le nom de cet auteur il n'y pas longtemps. Il faudra que je lise l'une de ses oeuvres pour me faire mon propre avis. Pour ma part, j'aime beaucoup le style 19ème siècle, peut-être me plaira t-il tout de même? Je note le titre. On verra pour une prochaine commande quand j'aurais à nouveau des sous! Bises

    Posté par Missycornish, mercredi 16 janvier 2013 à 23:18 | | Répondre
    • Ne note peut-être pas ce titre, apparemment pas le meilleur. "Les braises" est, de l'avis général, bien meilleur.

      Posté par Alex mot a mots, jeudi 17 janvier 2013 à 08:39 | | Répondre
Nouveau commentaire