Mot-à-mots

J'ai commencé ma vie comme je la finirai... Au milieu des livres (Jean-Paul SARTRE)

Une fille, qui danse - Julian BARNES

9782715232495FS

Mercure de France, 10 janvier 2013, 208 pages

Résumé de l'éditeur :

Ceux qui veulent nier le passage du temps disent : quarante ans, ce n’est rien, à cinquante ans on est dans la fleur de l’âge, la soixantaine est la nouvelle quarantaine et ainsi de suite. Je sais pour ma part qu’il y a un temps objectif, mais aussi un temps subjectif… le vrai, qui se mesure dans notre relation à la mémoire.

Alors, quand cette chose étrange est arrivée, quand ces nouveaux souvenirs me sont soudain revenus, ç'a été comme si, pendant ce moment-là, le temps avait été inversé… Comme si le fleuve avait coulé vers l’amont.

Tony, la soixantaine, a pris sa retraite. Il a connu une existence assez terne, un mariage qui l’a été aussi. Autrefois il a beaucoup fréquenté Veronica, mais ils se sont éloignés l’un de l’autre. Apprenant un peu plus tard qu’elle sortait avec Adrian, le plus brillant de ses anciens condisciples de lycée et de fac, la colère et la déception lui ont fait écrire une lettre épouvantable aux deux amoureux. Peu après, il apprendra le suicide d’Adrian. Pourquoi Adrian s’est-il tué ?

Quarante ans plus tard, le passé va ressurgir, des souvenirs soigneusement occultés remonter à la surface - Veronica dansant un soir pour Tony, un week-end dérangeant chez ses parents à elle… Et puis, soudain, la lettre d’un notaire, un testament difficile à comprendre et finalement, la terrible vérité, qui bouleversera Tony.

Mon avis :

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Julian Barnes a une écriture exigeante. Il m'a été difficile d'entrer dans son univers et sa narration. Mais cela c'est fait, finalement.

Un roman difficile par sa construction, également. Beaucoup de redites, un début anarchique émaillé de citations toutes faites qui reviendront ensuite ponctuer le récit.

Des personnages flous, une vie terne, rien de bien folichon. Pourtant, la sauce fini par prendre, au bout d'un moment. Même si le personnage principal restera à mes yeux un éternel adolescent.

Quelques phrases m'ont fait sourire : "la vie est un dimanche" - et le leitmotiv : "Tu ne piges pas, tu n'as jamais rien pigé et tu ne pigeras jamais".

Sauf que Tony finit par piger, et nous aussi. Et l'auteur de nous quitter sur cette révélation, comme en suspend, nous laissant imaginer la suite et les faits antérieurs.

Finalement, tout le talent de l'auteur aura consisté à nous laisser imaginer.

L'image que je retiendrai :

Celle du journal d'Adrian, objet de la quête de Tony, que Véronica a brûlé, mais qui se révèle bien accessoire.

 

84813305_p

Posté par Alex mot a mots à 10:48 - Auteurs en B - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags : , ,



Commentaires sur Une fille, qui danse - Julian BARNES

  • Ce titre tourne en ce moment dans la blogoet els avis sont pour l'instant très positifs. Bon week-end.

    Posté par Philisine Cave, samedi 4 mai 2013 à 13:39 | | Répondre
    • C'est une écriture exigeante, il faut tout de même s'accrocher.

      Posté par Alex mot a mots, lundi 6 mai 2013 à 08:57 | | Répondre
  • Ton commentaire me donne envie de le lire.

    Posté par awa74, samedi 4 mai 2013 à 14:19 | | Répondre
  • Je suis complètement passée à coté !! Trop évasive, trop d'allusions et de non-dits qui n'ont pas réussi à capter suffisement mon attention !!

    Posté par Malika, samedi 4 mai 2013 à 20:44 | | Répondre
  • j'aimerai assez le tester !

    Posté par cristie, samedi 4 mai 2013 à 21:24 | | Répondre
  • Je ne sais pas quoi en penser. Il me faut un peu plus que mon imagination.

    Posté par Syl., samedi 4 mai 2013 à 22:10 | | Répondre
  • Mouais, beaucoup de "terne" ou de pas "folichon" dans ton billet. je ne vais pas me précipiter.

    Posté par Géraldine, samedi 4 mai 2013 à 22:30 | | Répondre
  • Le titre m'aurait bien tentée. On parle de danse. Mais je vois que le titre anglais est totalement différent (et me tente beaucoup moins). Mais ton article m'intrigue, alors je note.

    Posté par Jackie Brown, dimanche 5 mai 2013 à 00:24 | | Répondre
    • Oui, le titre original n'a rien à voir. Apparemment, il correspond bien au roman aussi.

      Posté par Alex mot a mots, lundi 6 mai 2013 à 09:01 | | Répondre
  • Un secret que tu nous dévoileras dimanche prochain
    Bisous endimanchés

    Posté par HIL le Rhodan, dimanche 5 mai 2013 à 06:29 | | Répondre
  • Je le chroniquerai bientôt, ce roman fut une expérience particulière pour moi car il m'a fallu une écoute entière et une lecture pour l'apprécier à sa juste valeur.

    Posté par val-m-les-livres, dimanche 5 mai 2013 à 10:44 | | Répondre
  • J'ai beaucoup aimé cet auteur que j'ai découvert avec son roman "Arthur & George" que je me souviens avoir dévoré !! Bon dimanche Alex, bises

    Posté par Florinette, dimanche 5 mai 2013 à 11:24 | | Répondre
    • "Le perroquet de Flaubert" était pas mal non, plus.

      Posté par Alex mot a mots, lundi 6 mai 2013 à 09:02 | | Répondre
  • Un petit coucou en passant pour te souhaiter un bon dimanche .....
    Bisous
    Maman Mule
    Ps :L'affreuse fée a encore frappé !!

    Posté par lameredelamule, dimanche 5 mai 2013 à 13:54 | | Répondre
    • Non ? C'est pas vrai ?! Rien ne l'arrêtera donc....
      Bonne semaine à toi.
      Biz

      Posté par Alex mot a mots, lundi 6 mai 2013 à 09:02 | | Répondre
  • Mouais... Je ne crois pas que ce livre me plairait.
    Bonne journée

    Posté par Luna, dimanche 5 mai 2013 à 14:13 | | Répondre
  • Bonjour Alex
    Peut-être un roman plus difficile que ses premiers qui étaient assez humoristiques. Sais-tu que Julian Barnes a aussi écrit des romans policiers dont certains ont été traduits en France au début des années 90 chez Actes Sud. Sous le pseudonyme de Dan Kavanagh
    Amitiés

    Posté par Oncle Paul, dimanche 5 mai 2013 à 16:50 | | Répondre
    • Alors là, tu m'en bouches un coin. J ele vois mal écrire des romans policiers. Affaire à suivre, donc.

      Posté par Alex mot a mots, lundi 6 mai 2013 à 09:05 | | Répondre
  • Il me tente malgré tes réserves...

    Posté par sous les galets, lundi 6 mai 2013 à 06:19 | | Répondre
  • tu connais mon avis, j'ai beaucoup aimé !

    Posté par clara, lundi 6 mai 2013 à 09:42 | | Répondre
  • très envie de le lire et ton billet me prévient qu'il ne sera pas forcément évident à la lecture! bonne semaine

    Posté par Choupynette, lundi 6 mai 2013 à 10:02 | | Répondre
    • En effet, c'est un peu ça. Pas un roman classique, en tout cas.

      Posté par Alex mot a mots, lundi 6 mai 2013 à 14:30 | | Répondre
  • Il me tente beaucoup malgré tes bémols. Je ne pas si j'accorcherais mais j'ai envie de tenter le coup.

    Posté par jerome, lundi 6 mai 2013 à 13:01 | | Répondre
  • Ayé, je viens juste de mettre la main dessus à la bibli!!!

    Posté par keisha, lundi 6 mai 2013 à 17:07 | | Répondre
  • J'ai du mal avec cette auteure.

    Posté par Mélusine, lundi 6 mai 2013 à 18:06 | | Répondre
  • auteur toujours pas lu...merci pour cette piqûre de rappel

    Posté par Violette, mercredi 8 mai 2013 à 11:12 | | Répondre
  • Tiens c'est le premier avis mitigé que je lis ! Je n'étais pas très tentée et je reste sur ma position !!!

    Posté par Isa, samedi 11 mai 2013 à 11:14 | | Répondre
  • Bien aimé mais je suis quand même restée un peu perplexe vis-à-vis de la responsabilité suggérée dans la fin. J'ai Arthur et Georges du même auteur dans ma PAL. L'as-tu lu ?

    Posté par Soie, jeudi 6 février 2014 à 13:37 | | Répondre
    • Non, c'était le second que je lisais de l'auteur. Le premier était Le perroquet de Flaubert.

      Posté par Alex mot a mots, vendredi 7 février 2014 à 09:39 | | Répondre
Nouveau commentaire