Mot-à-mots

J'ai commencé ma vie comme je la finirai... Au milieu des livres (Jean-Paul SARTRE)

Dans la maison de l'autre - Rhidian BROOK

51JRWEcKR5L

 

Fleuve Noir, 23 août 2013, 332 pages

Résumé de l'éditeur :

Hambourg, 1946. La ville est en ruines et la nation brisée. Si la guerre est terminée, la vie, elle, peine à reprendre ses droits. Des ombres fantomatiques errent parmi les décombres à la recherche de nourriture, d'un proche, d'un espoir.

Lewis Morgan, colonel de l'armée britannique stationnée en ville, est chargé de superviser les opérations de reconstruction du territoire et de "dénazification" de la population. Pour que son séjour soit le plus agréable possible, ses supérieurs ont réquisitionné à son intention une somptueuse villa sur les bords de l'Elbe. Son épouse Rachael et son fils Edmund, qu'il n'a pas vus depuis des années, s'apprêtent à le rejoindre.

En visitant la maison, le colonel est touché par la personnalité du propriétaire et lui propose de rester avec sa fille. Ils n'auront qu'à s'installer au dernier étage, après tout, la villa est immense. Dans cette ambiance oppressante, inimitiés et hostilités vont laisser place à des sentiments plus dangereux encore.

Mon avis :

L'action se déroule dans la ville de Hambourg dévastée (en partie) par les bombardements alliés. C'est sur un arrière-plan de ruines que se déroulent donc l'action.

Dans ce roman, il est question d'amour : entre Lewis et sa femme dont la flamme de la passion a du mal à renaître des cendres de la guerre ; de l'amour que voue Herr Lubert à sa femme qu'il croit morte ; des amours naissant de sa fille sur fond de vengeance.

Il est question de morts et de résurrection : les deux hommes de la maison ont perdu qui un fils (Lewis), qui une femme (Lubert), tout deux dans les bombardements de l'ennemi.

Il est question de reconstruction : celle de la ville qui, contre des tickets d'alimentation emploie toute la main d'oeuvre disponible pour déblayer les gravats sous lesquels gisent des cadavres.

Il est question de vengeance : celle de Frieda, la fille de Lubert, qui cherche à retrouver la gloire du régime défunt avec ses petits moyens ; des Tommies (les anglais) qui détroussent les maisons dans lesquelles ils habitent.

Il est question de survie : celle des « Trümmerkinder », ces enfants des débris, orphelins vivant de menus trafiques.

Un arrière-plan historique intéressant, donc, l'histoire d'amour étant plutôt convenue.

L'image que je retiendrai :

Même une fois la guerre terminée, il reste toujours une graine d'idéologie nazi, les allemands continuant de parler par tranche de « mille ans ».

 

Je remercie le Furet du Nord et Libfly pour son opération "On vous lit tout" qui m'ont permis de lire ce roman en avant-première.

FuretNOIR Logo_libfly_WEBlogo_okrentreelitt-110

 

 

Posté par Alex mot a mots à 12:53 - Auteurs en B - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,



Commentaires sur Dans la maison de l'autre - Rhidian BROOK

  • Le contexte est très intéressant, je le note.

    Posté par aifelle1, vendredi 30 août 2013 à 06:28 | | Répondre
  • Les mauvaises herbes repoussent toujours hélas! Un roman d'amour sur cet arrière-plan historique et dans cette ville, pourquoi pas?

    Posté par Mango, vendredi 30 août 2013 à 07:03 | | Répondre
    • Même si l'histoire d'amour est convenu, le contexte est intéressant.

      Posté par Alex mot a mots, vendredi 30 août 2013 à 15:06 | | Répondre
  • Je suis d'accord avec toi, le contexte avait de quoi faire un très grand roman. Mais ce n'est pas tout à fait le cas.

    Posté par val-m-les-livres, vendredi 30 août 2013 à 09:29 | | Répondre
    • Tu as raison, il manque "un petit quelque chose"....

      Posté par Alex mot a mots, vendredi 30 août 2013 à 15:07 | | Répondre
  • Il fait partie de ma sélection pour cette rentrée littéraire, mon libraire le présente comme LE roman de cette rentrée !!

    Posté par Malika, vendredi 30 août 2013 à 11:05 | | Répondre
    • Je ne serai pas aussi catégorique, même si il est très bien. Il lui manque "un petit quelque chose".

      Posté par Alex mot a mots, vendredi 30 août 2013 à 15:08 | | Répondre
  • Il question de plein de choses mais il manque le petit plus qui en ferait un grand roman si j'ai bien compris.

    Posté par jerome, samedi 31 août 2013 à 08:25 | | Répondre
    • Exactement. Il est fort correct, mais pas un coup de coeur.

      Posté par Alex mot a mots, dimanche 1 septembre 2013 à 17:19 | | Répondre
  • Je crois que je vais passer..

    Posté par clara, lundi 2 septembre 2013 à 08:36 | | Répondre
  • Le contexte semble intéressant, pourquoi pas ?

    Posté par Luna, lundi 2 septembre 2013 à 09:51 | | Répondre
Nouveau commentaire