Mot-à-mots

J'ai commencé ma vie comme je la finirai... Au milieu des livres (Jean-Paul SARTRE)

Rue Darwin - Boualem SANSAL

51jynZjLdLL

Folio, 7 mars 2013, 304 pages

Résumé de l'éditeur :

Après la mort de sa mère, Yazid, le narrateur, décide de retourner rue Darwin dans le quartier Belcourt, à Alger. «Le temps de déterrer les morts et de les regarder en face» est venu.

Une figure domine cette histoire : celle de Lalla Sadia, dite Djéda, toute-puissante grand-mère dont la fortune s’est bâtie à partir du bordel jouxtant la maison familiale. C’est là que Yazid a été élevé, avant de partir pour Alger.

L’histoire de cette famille hors norme traverse la grande histoire tourmentée de l’Algérie, des années cinquante à aujourd’hui. Encore une fois, Boualem Sansal nous emporte dans un récit truculent et rageur. Les héros y sont les Algériens, déchirés entre leur patrie et une France avec qui les comptes n’ont toujours pas été soldés. Il parvient à introduire tendresse et humour jusque dans la description de la corruption, du grouillement de la misère, de la tristesse qui s’étend…

Mon avis :

Voici un roman difficile sur l'Algérie.

Difficile dans sa construction : le narrateur ne cesse de faire des aller-retour entre présent et passé. Un passé qui n'apparaît pas forcément très clairement.

Le texte est dense, et laisse peu de place à la respiration.

L'Histoire de l'Algérie, qui constitue la trame de fond du roman, est noire. Et ce que dit l'auteur de son propre pays n'invite pas à aller le découvrir. Il a parfois des mots très durs. Mais s'il ne mâche pas ses mots, il peut se le permettre, habitant lui-même encore en Algérie.

J'ai tout de même pris plaisir à lire l'histoire de cette famille bancale qui tente de survivre au milieu du chaos ambiant.

Une famille dont on sent que l'auteur la souhaiterai à l'image de son pays : une grande famille riche, puissante, mais tombée dans la corruption et la survie, et dont les membres sont éparpillés aux quatre coins du globe sans espoirs de retour.

L'image que je retiendrai :

Celle du phalanstère dans lequel se déroulait des choses bien mystérieuses et secrètes pour un petit garçon.

Posté par Alex mot a mots à 12:25 - Auteurs en S - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,



Commentaires sur Rue Darwin - Boualem SANSAL

    Je n'aurais probablement pas trop envie de lire ce livre en ce moment, mais bon, pourquoi pas pour plus tard.

    Posté par sybille, samedi 21 décembre 2013 à 19:40 | | Répondre
    • C'est vrai que ce n'est pas une lecture des plus gaie.

      Posté par Alex mot a mots, mardi 24 décembre 2013 à 09:41 | | Répondre
  • Je n'ai pas été convaincue par le seul roman que j'ai lu de cet auteur mais me suis promis de renouveler.

    Posté par Sandrine, dimanche 22 décembre 2013 à 06:53 | | Répondre
  • Je note cet auteur

    Posté par zazy, dimanche 22 décembre 2013 à 11:00 | | Répondre
    • Il est assez connu dans son pays, l'Algérie, où il vit toujours.

      Posté par Alex mot a mots, mardi 24 décembre 2013 à 09:42 | | Répondre
  • Le livre de cet auteur qui m'a beaucoup plus c'est "Harraga" que je te recommande ! Bon dimanche Alex, bisous

    Posté par Florinette, dimanche 22 décembre 2013 à 12:16 | | Répondre
  • Il me semble qu'un autre de ses romans avait eu des critiques plus élogieuses...

    Posté par sous les galets, dimanche 22 décembre 2013 à 14:54 | | Répondre
  • Je l'ai déjà noté...

    Posté par liliba, dimanche 22 décembre 2013 à 19:19 | | Répondre
  • Une lecture qui n'a pas l'air facile à cause de sa construction.

    Posté par Manu, jeudi 26 décembre 2013 à 09:53 | | Répondre
    • Au début, c'est assez déroutant en effet.

      Posté par Alex mot a mots, jeudi 26 décembre 2013 à 10:06 | | Répondre
Nouveau commentaire