Mot-à-mots

J'ai commencé ma vie comme je la finirai... Au milieu des livres (Jean-Paul SARTRE)

Avancer - Maria POURCHET

9782070137121FS

Gallimard, 22 août 2012, 240 pages

Résumé de l'éditeur :

D'abord Victoria, jeune personne en quête d'avenir. Peu pressée de cotiser et convaincue que tout arrive, elle est disposée à étudier n'importe quelle offre du Destin - en dehors du travail. Victoria se tient donc la plupart du temps au balcon, dans un état de vigilance avancée.

Sous le même toit, Marc-Ange, quelqu'un d'assez facile à vivre. Jadis professeur de Victoria, il est aujourd'hui son compagnon alors qu'il s'était juré de ne pas tomber dans le panneau. De son prochain, Marc-Ange n'attend rien d'extraordinaire : qu'il aille voir ailleurs s'il y est. Ça ne l'empêche pas d'avoir un fils, le Petit, brillant sujet de dix ans prompt à donner son avis sur des questions extérieures à son champ d'expertise, dans une langue trop recherchée pour être honnête.

Qui d'autre ? Les Dupont. En ce moment les Dupont - un jeune, un vieux, l'un poli l'autre non - vivent sur le trottoir, d'air frais et d'on ne sait quoi. Bref chacun est à peu près à sa place. Pour l'instant. Tout arrive, en effet.

Mon avis :

J'ai passé un agréable moment, parfois drôles, en compagnie de Marie-Laure / Victoria qui cherche la Voie royale. Car, suivant les situations, Victoria reprend son prénom de naissance ou s'en invente un autre. Affublé de son chat Roland, elle attend la Voie royale, dont je me demande encore en quoi elle consiste....

Une tranche de vie rigolote au milieu de personnages intéressants et débrouillards (ou pas du tout).

Une fable moderne sur une famille recomposée à l'emporte-pièce, très BO-BO.

Pas sûr qu'il m'en reste quelques souvenirs dans quelques mois, mais je n'ai pas boudé mon plaisir.

L'image que je retiendrai :

Celle du cabinet de voyance de Victoria installé devant le Trou.

Une citation :

"Constatant qu'il suffit de deux nuits blanches pour devenir haineux, songeant au mérite de insomniaques, elle achève de s'habiller entre le préfabriqué et les toilettes" (p.166)

Posté par Alex mot a mots à 10:44 - Auteurs en P - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,



Commentaires sur Avancer - Maria POURCHET

    Je l'avais vu chez Aifelle et il m'avait bien tentée en fait...

    Posté par sous les galets, samedi 8 février 2014 à 12:02 | | Répondre
  • J'en garde un excellent souvenir

    Posté par aifelle1, samedi 8 février 2014 à 17:18 | | Répondre
  • Pourquoi pas ? Il a l'air plein d'humour et très actuel !

    Posté par Asphodèle, samedi 8 février 2014 à 19:18 | | Répondre
  • Ce genre de livre est toujours distrayant et intéressant pour nos neurones : il leur permet de se reposer ! bisous

    Posté par Philisine Cave, samedi 8 février 2014 à 20:22 | | Répondre
    • De nous reposer avec humour, c'est appréciable, en effet.

      Posté par Alex mot a mots, dimanche 9 février 2014 à 16:08 | | Répondre
  • Pas certaine que cela me plaise, je laisse tomber

    Posté par zazy, samedi 8 février 2014 à 21:49 | | Répondre
  • Un bon souvenir mais sans plus pour moi (pas fait de billet...)

    Posté par Theoma, lundi 10 février 2014 à 08:23 | | Répondre
  • tellement aimé ce ton un peu décalé que j'ai lu son suivant... Mais ça passe ou ça casse, j'avoue (moi j'ai aimé)

    Posté par keisha, lundi 10 février 2014 à 16:48 | | Répondre
    • J'ai bien aimé le ton. Mais il est vrai que de l'histoire en elle-même, il ne me reste pas grand chose.

      Posté par Alex mot a mots, mardi 11 février 2014 à 13:40 | | Répondre
  • j'avoue que ça ne me tente que moyennement.

    Posté par jerome, mardi 11 février 2014 à 13:15 | | Répondre
  • ça fait du bien de rire un peu

    Posté par Soie, mardi 11 février 2014 à 18:44 | | Répondre
  • Et bien pourquoi pas, en tant que lecture distrayante !

    Posté par Géraldine, jeudi 13 février 2014 à 20:18 | | Répondre
  • Ce livre sans nul doute détend ! Je me le note .
    Que veut-dire BO-BO ? suis trop vieille je pense pour savoir !

    Posté par Sudisine, dimanche 16 février 2014 à 08:04 | | Répondre
  • J'en garde le souvenir d'un livre assez gag. L'auteur y fait preuve d'un sens aigu de la formule qui tue. Dommage qu'on n'en ait pas parlé davantage à sa sortie.

    Posté par DF, lundi 17 février 2014 à 12:27 | | Répondre
    • Encore une victime de la rentrée littéraire....

      Posté par Alex mot a mots, lundi 17 février 2014 à 12:52 | | Répondre
  • C'est noté. Et dans le genre BO-BO, je propose "Le beau monde" de Harriet Lane. Une lecture facile et toujours agréable.

    Posté par Imp. Pas Perdus, jeudi 24 avril 2014 à 10:25 | | Répondre
Nouveau commentaire