Mot-à-mots

J'ai commencé ma vie comme je la finirai... Au milieu des livres (Jean-Paul SARTRE)

Le dernier gardien d'Ellis Island - Gaëlle JOSSE

41WM9VdHGgL

Noir sur Blanc, 4 septembre 2014, 176 pages

Résumé de l'éditeur :

New York, 3 novembre 1954. Dans cinq jours, le centre d'Ellis Island, passage obligé depuis 1892 pour les immigrants venus d'Europe, va fermer. John Mitchell, son directeur, officier du Bureau fédéral de l'immigration, resté seul dans ce lieu déserté, remonte le cours de sa vie en écrivant dans un journal les souvenirs qui le hantent : Liz, l'épouse aimée, et Nella, l'immigrante sarde porteuse d'un étrange passé.
U
n moment de vérité où il fait l'expérience de ses défaillances et se sent coupable à la suite d'événements tragiques. Même s'il sait que l'homme n'est pas maître de son destin, il tente d'en saisir le sens jusqu'au vertige.
A travers ce récit résonne une histoire d'exil, de transgression, de passion amoureuse d'un homme face à ses choix les plus terribles.

Mon avis :

"Ses choix les plus terribles" : ah bon ! Je n'en ai noté qu'un, et encore, j'aurai fait le même choix que lui sans que cela me paraisse si terrible.

Alors oui, cette lecture ne m'a pas bouleversée.

J'attendais de visiter le bâtiment d'Ellis Island : son hall d'entrée immense, ses couloirs et ses pièces froides, le circuit des immigrants avant le Grall de la Porte d'Or.

Car Mon cher et tendre et moi avons eu la chance de visiter les lieux au petit matin, avant la horde de touristes et de scolaires. J'aurais aimé retrouver cette ambiance si particulière, ou alors quelque chose de complètement différent, mais bien vivant.

L'auteure nous offre plutôt le portait d'un personnage, certes important dans la hiérarchie du lieu, mais que j'ai trouvé détaché des hordes d'immigrants qu'il était chargé de recevoir. Et puis il ne peut imaginer une seconde que son amour interdit ai pu aller plus loin que Manhattan. Et Dieu sait que ce pays est immense.....

Vous l'aurez compris, je suis passée complètement à côté de ce roman. Tant pis pour moi.

L'image que je retiendrai :

Celle de la tombe de Paolo, un peu à l'écart des autres, sur cette île bientôt abandonnée.

Posté par Alex mot a mots à 12:21 - Auteurs en J - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , ,



Commentaires sur Le dernier gardien d'Ellis Island - Gaëlle JOSSE

    Je n'ai pas eu du tout la même impression que toi, peut-être parce que je n'attendais pas un roman vraiment sur le lieu. Mais il faut toujours des vilains petits canards

    Posté par aifelle1, samedi 22 novembre 2014 à 13:18 | | Répondre
    • Oui, il en faut, avant qu'ils se changent en cygne majestueux..... (on peut toujours rêver)

      Posté par Alex mot a mots, dimanche 23 novembre 2014 à 11:42 | | Répondre
  • Ah dommage mais je comprends, tu t'attendais à autre chose qu'un "simple" portrait...je pense que j'aurais été un peu déçue aussi de ne pas en savoir plus sur le centre en lui-même.

    Posté par Sybille, samedi 22 novembre 2014 à 19:40 | | Répondre
  • Dommage en effet. J'ai moi aussi été très marquée par ma visite du lieu et je crois qu'il y aurait de fortes chances que mon ressenti se rapproche du tien à la lecture de ce roman. A voir...

    Posté par zarline, samedi 22 novembre 2014 à 19:44 | | Répondre
    • Ceci dit, il est court. Tu peux tenter ta chance.

      Posté par Alex mot a mots, dimanche 23 novembre 2014 à 11:45 | | Répondre
  • Mince alors, je l'ai noté et surligné :0( J'espère être plus près du ressenti d'Aifelle que du tien ;0)

    Posté par L'or rouge, samedi 22 novembre 2014 à 19:56 | | Répondre
    • J'espère également pour toi, car j'ai été quelque peu déçue.

      Posté par Alex mot a mots, dimanche 23 novembre 2014 à 11:46 | | Répondre
  • Oh, chouette, je me sens moins seule (parce que j'étais vraiment seule sur ce coup-là).

    Posté par val-m-les-livres, dimanche 23 novembre 2014 à 17:38 | | Répondre
  • J'ai bien aimé moi aussi ma première rencontre avec cette auteure

    Posté par Yv, lundi 24 novembre 2014 à 08:20 | | Répondre
  • Intéressant de mettre en écho ton expérience personnelle du lieu face à ta lecture du roman. Je comprends d'autant mieux ta déception.

    Posté par jerome, lundi 24 novembre 2014 à 13:51 | | Répondre
    • En effet. Je ne m'attendais pas à un portrait d'homme.

      Posté par Alex mot a mots, lundi 24 novembre 2014 à 17:26 | | Répondre
  • Vous êtes maintenant deux à avoir des réserves ma parole...et deux qui ont déjà vu les lieux (ou qui connaissent bien l'histoire), bref ça refroidit .

    Posté par sous les galets, lundi 24 novembre 2014 à 15:41 | | Répondre
    • Cela explique sans doute pourquoi nous n'avons pas été convaincues.

      Posté par Alex mot a mots, lundi 24 novembre 2014 à 17:27 | | Répondre
  • Je ne suis jamais allée à New York, et je préférerais lire à propos des immigrants qui sont passés dans ce lieu qui a vu bien des attentes et des émotions, des désespoirs aussi.

    Posté par Soie, vendredi 28 novembre 2014 à 13:36 | | Répondre
  • On n'a pas eu du tout la même lecture de ce roman finalement. Mais c'est vrai que de mon côté je n'ai jamais visité le bâtiment... ce qui joue beaucoup sans doute!

    Posté par Tulisquoi, dimanche 30 novembre 2014 à 16:08 | | Répondre
    • En effet, je pense que cela joue beaucoup sur le ressenti de cette lecture.

      Posté par Alex mot a mots, lundi 1 décembre 2014 à 18:26 | | Répondre
  • Ah, zut. Dommage. J'ai beaucoup aimé, moi, en revanche.

    Posté par sylire, vendredi 5 décembre 2014 à 22:51 | | Répondre
    • Je m'attendais vraiment à autre chose. D'où ma déception.

      Posté par Alex mot a mots, dimanche 7 décembre 2014 à 18:03 | | Répondre
Nouveau commentaire