Mot-à-mots

J'ai commencé ma vie comme je la finirai... Au milieu des livres (Jean-Paul SARTRE)

Le cas Eduard Einstein - Laurent SEKSIK

41cWXNn6FaL

Flammarion, 17 août 2013, 304 pages

Résumé de l'éditeur :

« Mon fils est le seul problème qui demeure sans solution. » Albert Einstein.

Le fils d'Einstein a fini parmi les fous, délaissé de tous, jardinier de l'hôpital psychiatrique de Zurich. Sa mère, qui l'a élevé seule après son divorce, le conduit à la clinique Burghölzli à l'âge de vingt ans. La voix du fils oublié résonne dans ce roman où s'entremêlent le drame 'une mère, les faiblesses d'un génie, le journal d'un dément.

Une question hante ce texte : Eduard a-t-il été abandonné par son père à son terrible sort ?

Mon avis :

Ce roman entre dans l'intimité du second fils d'Albert Einstein, Eduard. On devine, au fil des pages et des descriptions, qu'il est schizophrène. Or, dans les années 30, il n'existait aucune médecine ni aucune thérapie capable, si ce n'est de soigner, du moins d'atténuer les souffrances de ces malades.

On perçoit la détresse d'une mère qui prend tout de même les choses en main, et celle du père qui, exilé par contrainte, ne peut que suivre de loin la vie recluse de son fils. Père qui doit également faire face à de nombreux problèmes personnels.

La relation parents-enfants n'est jamais simple ; le dialogue père-fils parfois impossible. Tout le monde en souffre, et ceux qui sont les plus fragiles tombent les premiers.

Trois voix, dans ce roman, qui racontent cette communication impossible.

Une lecture troublante et pleine d'émotions.

L'image que je retiendrai :

Celle d'Eduard trouvant un refuge, finalement, dans cet asile psychiatrique qui fut sa maison pendant plus de 30 ans.

Posté par Alex mot a mots à 12:20 - Auteurs en S - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :



Commentaires sur Le cas Eduard Einstein - Laurent SEKSIK

  • Une lecture qui m'a profondément marquée par la douleur de ses trois protagonistes, désarçonnés par la maladie d'Eduard.

    Posté par CeciBon, lundi 22 décembre 2014 à 12:39 | | Répondre
  • Il a l'air vraiment intéressant ce livre...

    Posté par Mogl, lundi 22 décembre 2014 à 13:20 | | Répondre
  • Un livre qui m'avait beaucoup intéressé, comme regarder derrière le miroir

    Posté par zazy, lundi 22 décembre 2014 à 14:57 | | Répondre
  • Je compte bien le lire, j'attends sa sortie poche...

    Posté par Noukette, lundi 22 décembre 2014 à 16:41 | | Répondre
  • Je l'avais noté à sa sortie, il est à la bibli, il suffit que je le prenne

    Posté par aifelle1, lundi 22 décembre 2014 à 17:08 | | Répondre
  • Je suis entièrement d'accord, troublante et pleine d'émotions ; j'ai énormément aimé ce livre

    Posté par Laure, lundi 22 décembre 2014 à 23:17 | | Répondre
  • Pis ça se passe en Züritiitsch ?
    Bisous Alex

    Posté par HIL le Rhodan, mardi 23 décembre 2014 à 08:04 | | Répondre
  • Lecture très intéressante sur la vie du père et de ce fils méconnu. J'avais apprécié aussi

    Posté par Jostein, mardi 23 décembre 2014 à 08:09 | | Répondre
    • Une découverte dans tous les sens du terme.

      Posté par Alex mot a mots, mardi 23 décembre 2014 à 10:10 | | Répondre
  • j'ai bien aimé cette lecture moi aussi, c'est très intéressant à lire.

    Posté par line66, mercredi 24 décembre 2014 à 07:25 | | Répondre
  • Je ne connaissais pas du tout mais après cette chronique je vais voir si je peux le trouver quelque part

    Posté par Léa Touch Book, mercredi 24 décembre 2014 à 08:09 | | Répondre
  • Encore un de mes (nombreux ) abandons... ^_^

    Posté par keisha, mercredi 24 décembre 2014 à 10:43 | | Répondre
  • Un petit coucou en passant pour te souhaiter de merveilleuses fêtes de Noël et de fin d'année Alex, je t'embrasse bien fort. A bientôt !

    Posté par Florinette, mercredi 24 décembre 2014 à 10:58 | | Répondre
  • pas tellement tentée par le thème... Passe de belles fêtes de Noël, Alex!

    Posté par Violette, mercredi 24 décembre 2014 à 12:11 | | Répondre
  • Faut avoir un grain pour aller chez les Bourbines
    Joyeux Noël Alex

    Posté par HIL le Rhodan, mercredi 24 décembre 2014 à 13:41 | | Répondre
    • Les Bourbines ? Je ne connaissais pas.
      Bon Noël à vous.
      Bizes

      Posté par Alex mot a mots, jeudi 25 décembre 2014 à 09:12 | | Répondre
  • Voilà qui pourrait bien me plaire : les enfants des grands hommes n'ont pas toujours des sorts enviables...

    Posté par Sandrine, vendredi 26 décembre 2014 à 06:57 | | Répondre
  • Bonjour Alex, j'avais lu ce roman en avant-première et j'avoue que j'avais trouvé le sujet du roman intéressant mais un peu gênée par le fait que Seksik fasse parler Eduard. Je n'ai pas été convaincue par cette approche. Bon samedi.

    Posté par dasola, samedi 27 décembre 2014 à 12:39 | | Répondre
  • Ce roman ne m'attire pas alors je passe mon tour...

    Posté par Sudisine, lundi 29 décembre 2014 à 09:08 | | Répondre
  • J'avais déjà repéré l'un de ses précédents livres que je n'ai pas encore lu

    Posté par Yv, mardi 30 décembre 2014 à 13:59 | | Répondre
  • Je n'ai fait que le commencer. J'ai dû le rendre à la bibliothèque hier justement. Je le redemanderai.

    Posté par Mango, dimanche 11 janvier 2015 à 05:06 | | Répondre
    • Tu ne pouvais vraiment pas le garder quelques jours de plus ? L'amende ne doit pas être si grosse, non ?

      Posté par Alex mot a mots, lundi 12 janvier 2015 à 19:01 | | Répondre
Nouveau commentaire