Mot-à-mots

J'ai commencé ma vie comme je la finirai... Au milieu des livres (Jean-Paul SARTRE)

22/11/63 - Stephen KING

51D991FKBIL

Le livre de poche, 1er octobre 2014, 1056 pages

Résumé de l'éditeur :

Imaginez que vous puissiez remonter le temps, changer le cours de l'Histoire. Le 22 novembre 1963, le président Kennedy était assassiné à Dallas. À moins que...

Jake Epping, professeur d'anglais à Lisbon Falls, n'a pu refuser la requête d'un ami mourant : empêcher l'assassinat de Kennedy. Une fissure dans le temps va l'entraîner dans un fascinant voyage dans le passé, en 1958, l'époque d'Elvis et de JFK, des Plymouth Fury et des Everly Brothers, d'un dégénéré solitaire nommé Lee Harvey Oswald et d'une jolie bibliothécaire qui deviendra le grand amour de Jake.

Mon avis :

Je me faisais une joie de replonger dans la prose de Stephen King pour une intrigue autour du plus grand mystère du XXe siècle : l'assassinat de JFK.

Mais que je me suis ennuyée pendant plus de 1 000 pages......

Oui, il faut que l'écrivain pose les bases de son histoire et des tenants et des aboutissants du voyage dans le temps tel qu'il nous le présente : mais sur plus de 400 pages avant d'arriver au sujet qui m'intéresse, c'est long.

Enfin, le coeur du roman arrive. Bon. Mais moi, les séries américaines des années 60, je ne les connais pas, alors quand il y a des comparaisons à chaque page, ça devient rédhibitoire.

Toujours la passion américaine pour les voitures, et là, ça me passe carrément au-dessus.

Tout de même, j'ai appris deux-trois détails sur Lee Harvey Oswald : son rapport compliqué avec sa maman ; son amitié avec un certain George de Mohrenschildt ; sa psychologie, un peu.

Sur sa femme, également, émigrée Biélorusse et belle femme, qui a eut deux filles avec Lee Harvey. Vivant toujours au Texas.

Et puis l'auteur envisage les futurs élections avec Kennedy et les suivants : aurait-il été ré-élu ? Mais bon, on se doute de la réponse.

Au final, pas de révélation fracassante sur cet assassinat. Juste un roman américain sur les années 60.

L'image que je retiendrai :

Celle de George revenant dans le présent après avoir sauvé Kennedy pour découvrir un monde dévasté.

87363116_o

Posté par Alex mot a mots à 11:50 - Auteurs en K - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,



Commentaires sur 22/11/63 - Stephen KING

    Ah lalalala... Je ne suis pas du tout d'accord avec toi, justement King dépeint avec brio ces années tout en distillant ce suspens et ce fantastique qu'il connait si bien. Même si je peux concéder qu'il y a des longueurs, il reste pour moi, l'un des livres marquants de 2014 !

    Posté par yuko, samedi 3 janvier 2015 à 13:33 | | Répondre
    • J'en attendais plus sur l'attentat en lui-même, d'où ma déception.

      Posté par Alex mot a mots, samedi 3 janvier 2015 à 17:25 | | Répondre
  • J'ai beaucoup lu Stephen King quand j'étais plus jeune et celui-ci justement me tentait pour les raisons qu'évoque Yuko !

    Posté par Asphodèle, samedi 3 janvier 2015 à 13:39 | | Répondre
    • Il est vrai que le côté fantastique n'étant pas ma tasse de thé, ces passages ne m'ont pas passionnés.

      Posté par Alex mot a mots, samedi 3 janvier 2015 à 17:25 | | Répondre
  • Mince il est dans ma PAL.... C'est étonnant tout de même, d'habitude on ne s'ennuie pas avec le grand King...

    Posté par L'or rouge, samedi 3 janvier 2015 à 15:30 | | Répondre
  • Bonsoir Alex, j'aurais pas pu lire un "pavé" de 1000 pages qui m'aurait ennuyée, c'est du masochisme (je plaisante). Je l'aurai laisser tomber. A part ça, je te souhaite une très bonne année 2015 avec des lectures plus exaltantes.

    Posté par dasola, samedi 3 janvier 2015 à 18:20 | | Répondre
    • J'attendais, j'attendais LES révélations sur Kennedy.....

      Posté par Alex mot a mots, samedi 3 janvier 2015 à 19:41 | | Répondre
  • Coucou
    Ah mince il ne t'a pas plu...
    Je le tenterais quand même.
    Bises et bonne année de lecture pour 2015.

    Posté par Didi, samedi 3 janvier 2015 à 20:45 | | Répondre
  • Je me souviens de ce jour, la TV ne parlait que de ça
    Bisous endimanchés Alex

    Posté par HIL le Rhodan, dimanche 4 janvier 2015 à 07:44 | | Répondre
    • Comme ma mère qui s'en souvient encore....
      Bises

      Posté par Alex mot a mots, lundi 5 janvier 2015 à 18:06 | | Répondre
  • J'adore Stephen King mais celui-là ne me tente pas ...

    Posté par Une Comete, dimanche 4 janvier 2015 à 09:19 | | Répondre
  • Il est est dans ma PAL depuis un an ... Mais du coup, je crois qu'il va y rester...^_^

    Posté par Laeti, dimanche 4 janvier 2015 à 11:59 | | Répondre
  • Arf, il en faut bien qui soient déçus. Je ne l'ai pas encore lu, j'attendais qu'on en parle un peu moins, d'en attendre moins aussi, et ton avis m'encourage à me faire mon propre avis en entamant la lecture avec un esprit plus ouvert, sans attendre forcément à être séduite.

    Posté par La chèvre grise, dimanche 4 janvier 2015 à 15:40 | | Répondre
    • J'attendais plus de révélations sur cet attentat. D'où ma déception.

      Posté par Alex mot a mots, lundi 5 janvier 2015 à 18:08 | | Répondre
  • je n'aime pas Stephen King (les trucs qui font peur, pas pour moi), mais là je me susi régalée!

    Posté par keisha, lundi 5 janvier 2015 à 15:31 | | Répondre
  • J'attendais moins de fantastique et plus de JFK. D'où ma déception.

    Posté par Alex mot a mots, lundi 5 janvier 2015 à 18:09 | | Répondre
  • Il n'y a rien à faire, Stephen King, je ne peux pas !!!

    Posté par CeciBon, mardi 6 janvier 2015 à 22:33 | | Répondre
  • Stephen King est trop sombre pour moi...

    Posté par Sudisine, dimanche 11 janvier 2015 à 15:54 | | Répondre
    • Pas trop, dans celui-ci. Mais bon, ça n'a pas suffit.

      Posté par Alex mot a mots, lundi 12 janvier 2015 à 19:06 | | Répondre
  • Même pas terminé... acheté en grand format après "Le dôme"... On ne l'y reprendra plus!!

    Posté par juliette, jeudi 15 janvier 2015 à 07:09 | | Répondre
    • Lâche, tu as abandonnée le pauvre personnage dans son voyage dans le temps.....

      Posté par Alex mot a mots, jeudi 15 janvier 2015 à 18:32 | | Répondre
Nouveau commentaire