Mot-à-mots

J'ai commencé ma vie comme je la finirai... Au milieu des livres (Jean-Paul SARTRE)

Berezina - Sylvain TESSON

b_r_zina

Guérin, 22 janvier 2015, 199 pages

Résumé de l'éditeur :

En octobre 1812, piégé dans Moscou en flammes, Napoléon replie la Grande Armée vers la France. Commence La retraite de Russie, l'une des plus tragique épopée de l'Histoire humaine. La Retraite est une course à La mort, une marche des fous, une échappée d'enfer.

Deux cents ans plus tard, je décide de répéter l'itinéraire de l'armée agonisante, de ces cavaliers désarçonnés, de ces fantassins squelettiques, de ces hommes à plumets qui avaient préjugé de l'invincibilité de l'Aigle. Il ne s'agit pas d'une commémoration (commémore-t-on l'horreur ?), encore moins d'une célébration, il s'agit de saluer par-delà les siècles et les verstes, ces Français de l'an XII aveuglés par le soleil corse et fracassés sur les récifs du cauchemar.

Le géographe Cédric Gras, le photographe Thomas Goisque et deux amis russes, Vassili et Vitaly, sont de la partie. Pour l'aventure, nous enfourchons des side-cars soviétiques de marque Oural. Ces motocyclettes redéfinissent en permanence les lois élémentaires de la mécanique. Rien ne saurait les arrêter (pas même leurs freins). Notre escouade se compose de trois Oural, chargées ras la gueule de pièces détachées et de livres d'Histoire.

Au long de quatre mille kilomètres, en plein hiver, nous allons dérouler le fil de la mémoire entre Moscou et Paris où l'Empereur arrivera le 15 XII 1812, laissant derrière lui son armée en lambeaux.

Le jour, les mains luisantes de cambouis, nous lisons les Mémoires du général de Caulaincourt. Le soir, nous nous assommons de vodka pour éloigner les fantômes. A l'aube, nous remettons les gaz vers une nouvelle étape du chemin de croix. Smolensk, Minsk, Berezina, Vilnius : les stèles de la souffrance défilent à cinquante à l'heure. Partout, nous rencontrons des Russes qui ne tiennent aucune rigueur à l'Empereur à bicorne.

Sous nos casques crénelés de stalactites, nous prenons la mesure des tourments des soldats et nous menons grand train ce débat intérieur : Napoléon était-il un antéchrist qui précipita l'Europe dans l'abîme ou bien un visionnaire génial dont le seul tort fut de croire qu'il suffisait de vouloir pour triompher, et que les contingences se pliaient toujours aux rêves ? Mais très vite, nous devons abandonner ces questions métaphysiques car un cylindre vient de rendre l'âme, la nuit tombe sur la Biélorussie et trois foutus camions polonais sont déjà en travers de la route.

Mon avis :

Contre toute attente, j'ai aimé cette aventure un peu folle de Moscou aux Invalides.

3 givrés sur un vieux side-car qui peine à tourner et freiner, sans chauffage par des - 30°, et dont le conducteur est myope.

Le narrateur ponctue son épopée des mémoires des généraux de Napoléon sur la retraite de Russie, ainsi que des réflexions sur ce désastre 200 ans plus tard.

Si les français ont été nombreux à périr, ce n'est rien à côté des pertes russes et de leurs généraux inefficaces. Malgré tout, les russes ont un amour du petit Corse, car il a été le premier à souder leur nation.

Sans oublier les litres de vodka pour se réchauffer le soir, à la veillée.

J'ai adoré les phrases et les images de l'aventurier. Un exemple : "La petite ville nous parut un congélateur charmant, et la Biélorussie un endroit fort vivable. Des gens décents y vivaient lentement, avec application, dans un bien-être modeste et socialiste, pendant que l'Europe en déclin se persuadait qu'ils souffraient le martyre sous le joug d'un satrape perfusé par le Kremlin". (p. 106)

Bref, je me suis régalée par - 20° au milieu des carcasses des chevaux qui gelaient sur place.

L'image que je retiendrai :

"Qui était Napoléon ? Un rêveur éveillé  qui avait cru que la vie ne suffisait pas. Qu'était l'Histoire ? Un rêve effacé, d'aucune utilité pour notre présent trop petit." (p.197)

Posté par Alex mot a mots à 12:16 - Auteurs en T - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,



Commentaires sur Berezina - Sylvain TESSON

    Je vais le lire, bien sûr. Surtout que j'ai vu l'autre soir Sylvain Tesson à la télévision, et il m'a beaucoup émue.

    Posté par Bonheur du Jour, samedi 31 janvier 2015 à 13:31 | | Répondre
  • idem pour moi, je l'ai trouvé très émouvant et plein d'envie de vivre malgré son état de santé. cela m'a donné envie de lire le livre aussi.
    il y a un mini reportage (4 mn max) sur le livre qui à changé sa vie il est plein d'enthousiasme et c'est contagieux!!!

    Posté par Eve-Yeshe, samedi 31 janvier 2015 à 13:52 | | Répondre
  • Bref un livre qui ne fut pas la Berezina pour toi !

    Posté par Oncle Paul, samedi 31 janvier 2015 à 14:39 | | Répondre
    • Non, une lecture passionnante. Ni Berezina ni Stalingrad !

      Posté par Alex mot a mots, samedi 31 janvier 2015 à 18:57 | | Répondre
  • Je l'ai vu à la grande librairie, et je l'ai trouvé assez touchant Tesson fils.

    Posté par sous les galets, samedi 31 janvier 2015 à 18:18 | | Répondre
    • Il me semblait bien que c'était le fils de.

      Posté par Alex mot a mots, samedi 31 janvier 2015 à 18:58 | | Répondre
  • Je vais peut-être le lire. Sylvain T. passe en ce moment sur les radios pour la promotion du livre et il en parle très bien ! Homme passionnant !

    Posté par Syl., samedi 31 janvier 2015 à 20:01 | | Répondre
  • Pas très envie de me régaler dans cette ambiance.

    Posté par Jostein, dimanche 1 février 2015 à 10:54 | | Répondre
  • j'ai une amie qui vient de me dire qu'elle a adoré. Je suis moins tentée...

    Posté par Violette, dimanche 1 février 2015 à 20:23 | | Répondre
    • Moi aussi, au départ. Et puis finalement....

      Posté par Alex mot a mots, lundi 2 février 2015 à 15:48 | | Répondre
  • Moi, j'adore les romans où il y a des litres de vodka pour commencer et clore les chapitres. Alors, il me tenterait bien aussi. Cela me fait penser que j'en ai un autre de lui qui m'attend de puis trop longtemps et que je commence à avoir bien soif....

    Posté par le Bison, dimanche 1 février 2015 à 22:59 | | Répondre
    • Avec du gros sel et du pain noir, c'est un régal.

      Posté par Alex mot a mots, lundi 2 février 2015 à 15:48 | | Répondre
  • Et bien ça donne envie de se lancer dans l'aventure !

    Posté par cristie, lundi 2 février 2015 à 06:16 | | Répondre
  • J'ai vu l'auteur dans La Grande Librairie et j'ai vraiment envie de découvrir son nouveau roman

    Posté par Léa Touch Book, lundi 2 février 2015 à 06:47 | | Répondre
    • Il faudra que je regarde l'émission en replay.

      Posté par Alex mot a mots, lundi 2 février 2015 à 15:50 | | Répondre
  • AH génial, j'hésitais mais ce que tu en dis m'a convaincue ! merci !

    Posté par Hélène, lundi 2 février 2015 à 08:43 | | Répondre
  • Je l'ai vu à La grande librairie et d'ailleurs sur Arte était passé la semaine précédente ou celle d'avant encore, l'histoire de la Bérézina, de Napoléon, du sergent Bourgogne un samedi soir. Très intéressant. Du coup, j'aimerais bien lire son livre.

    Posté par Une ribambelle, lundi 2 février 2015 à 19:53 | | Répondre
    • Si le sujet t'a plu, ce roman devrait te plaire également.

      Posté par Alex mot a mots, mardi 3 février 2015 à 17:45 | | Répondre
  • Comme toi, je ne pensais pas que j'allais aimer ce livre.

    Posté par Laure, mardi 3 février 2015 à 08:15 | | Répondre
  • Avec Tesson, j'ai toujours peur que ce soit un peu trop "intello" mais ton billet me donne envie de le découvrir.

    Posté par saxaoul, mercredi 4 février 2015 à 10:05 | | Répondre
  • Je pense que le thème m'irait très bien, j'aime ces équipées improbables...

    Posté par keisha, jeudi 5 février 2015 à 10:18 | | Répondre
  • Je ne connais pas et je suis très tentée

    Posté par zazy, jeudi 5 février 2015 à 23:26 | | Répondre
  • Je suis plus mitigée j'ai trouvé le récit parfois technique en revanche, quelle écriture !!! J'ai vraiment adoré cette plume

    Posté par Une Comete, jeudi 12 février 2015 à 17:21 | | Répondre
Nouveau commentaire